Histoire du Marais Poitevin

Autrefois la mer…

Marais poitevin6000 ans avant Jésus Christ, à la place du Marais Poitevin, existe un golfe, nommé “Le Golfe des Pictons”, qui est parsemé d’îles et d’ilots calcaires. La mer s’avance alors jusqu’aux portes de Luçon, Maillezais et Niort…
Les siècles passants, le golfe se comble petit à petit par des sédiments marins, mais aussi par l’accumulation d’alluvions déposés par les fleuves. Mais, ces prémices de terres émergées restent à la merci des hautes mers et sont recouvertes régulièrement d’eaux saumâtres.

Un paysage façonné par l’homme

hitoire2Afin de pouvoir cultiver de nouvelles terres en profitant du phénomène naturel de “comblement” du Marais Poitevin, les hommes décident très tôt d’aménager cet espace. Dès le VIIème siècle, mais surtout à partir du XIIème, après l’implantation des abbayes, les moines commencent cet aménagement sur des parcelles concédées par les nobles, en échange de bénédictions et de prières pour leurs familles.

hitoire3Des digues et “des portes à flots” se construisent donc dès le XIIIème siècle pour bloquer le retour de la mer et des digues ou “levées” délimitant les terres s’érigent pour créer une protection contre les eaux douces intérieures.

C’est la naissance du Marais Poitevin avec la création de deux espaces indissociables : Les Marais Mouillés et les Marais Desséchés.

L’appellation de Marais Desséchés se donne à toutes les terres aménagées et endiguées en vu de leurs cultures.

Les Marais Mouillés sont les autres terres, de l’autre côté des digues.
Inondables, elles sont à la merci des eaux douces ruisselant du bassin versant et constituent des réserves pour l’irrigation des cultures du marais desséché.

Il faut attendre le règne d’HENRI IV pour les grands travaux

perspective1C’est en 1599, que HENRI IV nomme un hollandais, Humphrey BRADLEY, “Maître des digues et des canaux du royaume”. Celui-ci récupère, par le biais de syndicats qu’il crée, les terres qui appartiennent aux abbayes mais qu’ils ne peuvent plus assécher par manque de moyens.Les assèchements se généralisent et les aménagements se régissent par des plans conçus par les différents syndicats de propriétaires terriens.
En dehors de ces terres asséchées et cultivées, derrière les levées, restent les parcelles de Marais Mouillé, qui subissent des inondations une grande partie de l’année.Ce n’est qu’à partir du XIXème siècle, sous Napoléon 1er, que le paysage du Marais Mouillé se révèle avec la canalisation des grandes voies d’eau et l’aménagement de tous les fossés ou “conches” du marais, communiquant entre eux pour s’évacuer vers la mer majoritairement par la Sèvre Niortaise.
 

perspective2La Gestion de l’eau
Une fois tous ces aménagements engagés, il faut songer à l’entretien et à la façon de gérer l’eau. En effet, “ceux du Desséché“, souhaitent irriguer leur culture en période estivale alors que “ceux du Mouillé” en ont besoin pour vivre et se déplacer pour utiliser leurs terres. L’enjeu de l’eau devient donc le thème majeur de toutes les discussions entre maraîchins et c’est par la création des syndicats du Marais mouillé, que les “Pibas” vont défendre leurs intérêts.

Pibas : nom donné aux personnes du Marais Mouillé (anguille en patois)

porte

 
En bref, aujourd’hui, le Marais Poitevin, c’est 3 départements : la Vendée, les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime répartis sur 2 régions : les Pays-de-la-Loire et le Poitou-Charentes.
Superficie Totale du marais d’environ 100 000 ha pour 30 % de marais mouillés.
Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à découvrir le site du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin.

Embarcadere du Marais Poitevin